Le visa vietnamien

Partager/Marquer

Le 15 février dernier, j’ai obtenu mon visa pour le Vietnam. Or la procédure pour son obtention fut très simple. J’ai chargé l’agence de voyages de mon auberge de Phnom Penh (le Hostel Nomads) d’effectuer les démarches à ma place. Le prix demandé pour ce service était 37 $ US. Le Lonely Planet sur le Vietnam soutient que le visa coûte 30 $ US, habituellement; or le gérant de mon auberge m’a avoué que l’agence prenait une commission. Je m’y attendais, donc, pas de surprise.

Des frais cachés

Il a aussi soulevé un point auquel je n’avais jamais vraiment porté attention, mais qui est très pertinent: quand vous êtes dans une ville X et que vous voulez obtenir le visa d’un pays Y, vous devez vous déplacer pour vous rendre à l’ambassade du pays en question (si ambassade il y a, bien sûr). Or ces frais de déplacements s’ajoutent au coût du visa. Il est raisonnable de présumer qu’il ne sera pas délivré lors de la première visite à l’ambassade, à moins d’acquitter des frais supplémentaires – souvent très élevés – pour ce service express. Vous devrez donc retourner chercher le visa à l’ambassade. Et, à moins que celle-ci ne se trouve près de l’endroit où vous logez, vous aurez donc à payer deux allers-retours pour obtenir le précieux document.

En bout de ligne, ces frais de déplacement peuvent faire monter le prix du visa de façon significative. Dans mon cas, le gérant a affirmé que ça me coûterait plus cher d’aller le faire faire directement à l’ambassade que de l’acheter à l’agence de l’auberge. Oui, il était évidemment biaisé, mais en même temps, je l’ai senti honnête. Et, selon mon expérience des distances à Phnom Penh, selon la distance entre l’emplacement de mon auberge et l’emplacement de l’ambassade du Vietnam dans la ville, je crois qu’il m’a dit la vérité. Je suis convaincu que chaque trajet m’aurait coûté au moins 2 $ US en mototaxi, le moyen de transport le plus économique. Le visa m’aurait donc coûté 38 $ US. Et même si j’avais payé 1 $ US par trajet, j’aurais tout de même dû débourser 34 $ US pour l’obtenir. J’aurais économisé… 3 $ US. Pas de quoi jubiler. D’autant plus que ces déplacements m’auraient demandé du temps, temps que je n’aurais pu consacrer à des activités qui m’intéressaient vraiment. Car passer du temps dans une ambassade ne constitue pas un de mes passe-temps préférés.

Essai concluant, mais…

J’ai donc payé 37 $ US et j’ai confié mon passeport à l’agente. Je n’ai pas eu à fournir de photos. Puis, j’ai passé deux journées captivantes dans la capitale, à faire ce que je voulais vraiment. Et le mercredi 15, au matin, je n’ai eu qu’à récupérer mon passeport, avec le fameux visa, dans le hall de mon auberge. J’aime quand les choses sont aussi simples.

Le visa vietnamien

Par contre, j’ai fait une erreur, en prenant mon visa plusieurs jours d’avance: je ne me suis pas assez renseigné sur la date à partir de laquelle le visa serait valide. Or il est valide depuis le 14, et non le 15, comme je l’avais pensé. J’ai présumé que la date d’entrée en vigueur du visa serait la date de remise du visa. Eh bien, non. Et, en toute franchise, je ne sais pas pourquoi j’ai imaginé cela. Leçon apprise. En même temps, je n’étais pas vraiment fâché; j’avais prévu sortir du Cambodge au plus tard le 19. J’ai donc devancé mon départ d’une journée, afin de ne pas perdre trop de jours sur mon visa vietnamien. De toute manière, j’avais pas mal fait ce que j’avais envie de faire à Phnom Penh. J’étais prêt pour un changement de pays.

Le visa à l’arrivée pour le Vietnam

À noter qu’il est possible d’obtenir un visa à l’arrivée pour le Vietnam, mais cette option n’est disponible que dans les aéroports. Et comme je prévoyais entrer dans le pays par voie fluviale, je ne pouvais donc pas appliquer pour ce visa. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter ce site en anglais et celui-ci, en français.

Similar posts

4 Commentaires

  1. Étienne's Gravatar Étienne
    26 février 2012    

    Salut Stéphane,

    c’est très intéressant l’analyse du coût que tu fais. as-tu l’impression générale que les arnaques sont moins courantes au Vietnam, je me souviens un émission de top gear ou les trois animateurs se sont fait confectionner des complets en soie pour un prix franchement dérisoire.

    • Stéphane Pageau's Gravatar Stéphane Pageau
      28 février 2012    

      Merci Étienne! Pour ce qui est des arnaques, il y en a passablement, ici aussi; par exemple, les chauffeurs de mototaxi te surchargent le prix du trajet. C’est difficile de les éviter, ces surcharges, car les chauffeurs semblent s’entendre sur des prix minimum pour les touristes.

      Quant aux tailleurs, il y en a beaucoup au Vietnam, et il paraît que, effectivement, on peut se faire faire des complets à des prix dérisoires.

  2. 27 février 2012    

    J’ai pour ma part de très bons souvenirs du Vietnam , le bruit et l’agitation des villes (j’ai adoré!) on a l’impression que rien ne s’arrête jamais, ( tu vas vite devoir apprendre à traverser les routes ….) je me rappelle de mes promenade à 5h du matin dans les rues de Hô Chi Minh-ville (Saigon) où les habitants profitent de la fraîcheur matinale pour faire leur sport( collectif avec mégaphone , ou individuel) il y a des gens partout. C’était génial. Et je te conseille de goûter le fameux » Pho »la soupe aux 24 ingrédients ..tout un poême!
    Il faut également se perdre dans les ruelles , s’enfoncer dans la ville et la vivre…..
    très bon séjour au Vietnam

    • Stéphane Pageau's Gravatar Stéphane Pageau
      28 février 2012    

      Content de voir que tu as apprécié ton séjour au Vietnam, Annick. J’apprécie de plus en plus le pays, à mesure que je le découvre. C’est vrai qu’une ville comme Ho-Chi-Minh-Ville bourdonne sans arrêt, surtout avec toutes ces motos. Je n’ai pas encore été à Hanoi, mais j’imagine que ce doit être la même chose là-bas. Merci pour les tuyaux et les bons mots! J’ai déjà goûté au Pho et j’aime beaucoup. J’ai aussi aimé le tofu grillé avec la citronnelle. Par ailleurs, je sais maintenant comment bien traverser la rue, ici; c’est un art complexe, mais qui s’apprend tout de même… ha ha.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

(Chutes de Kuang Si, Laos)

(Chutes de Kuang Si, Laos)

Je m'appelle Stéphane Pageau, je suis un trentenaire animé de nombreuses passions (voyages, écriture, musique métal, lutte professionnelle, entre autres) et je travaille dans le domaine des communications à Montréal depuis plusieurs années. Ce blogue constitue à la fois le lieu où je raconte mes voyages et celui où je partage mes opinions, impressions et conseils sur l’univers des voyages. Le tout saupoudré d’une dose de sérieux, d’humour et, parfois, de photos de Segway ou de singes.

La page à Pageau sur Facebook

La page à Pageau dans votre boîte de réception

Entrez votre adresse de courriel:

Un service de FeedBurner