Un sac à dos. Une passion. Des voyages.

7 charmantes villes d’Asie du Sud-Est

L’Asie du Sud-Est est une région très populaire auprès des voyageuses et voyageurs. Avec raison. Elle combine une histoire complexe, riche, des habitant-es d’une extrême gentillesse, des cuisines spectaculaires, des paysages époustouflants et des activités pour tous les goûts. De toutes les destinations possibles, certaines se démarquent par leur charme indéniable. Voici une brève liste de sept villes qui méritent qu’on s’y attarde.

Battambang, Cambodge (250 000 habitant-es, 2007): de prime abord, Battambang semble plutôt calme, voire ennuyante. Un peu sale même, certains diront. Mais elle possède un je ne sais quoi de charmant; un rythme lent (malgré les incontournables motos), des édifices parfois étonnants, un marché grouillant, des cafés et restaurants sympathiques et la possibilité d’effectuer un tas d’activités dans le coin, comme un tour sur le fameux train de bambou (il semblerait toutefois que ce moyen de transport est en voie de disparition). Même si elle est la deuxième plus grande ville du Cambodge, Battambang bourdonne moins que Siem Reap ou Sihanoukville;

Battambang

Battambang

Chiang Mai, Thaïlande (250 000 habitant-es): une ville importante du nord de la Thaïlande, où prolifèrent les temples bouddhistes et les écoles de massage. Des cours de yoga et de cuisine sont aussi offerts. On y trouve même des bizarreries comme un Musée des insectes. On peut facilement passer quelques jours ici à goûter un rythme beaucoup moins frénétique que celui d’autres villes du pays (ex. Bangkok). En plus, la région propose de nombreuses activités, comme du rafting et des randonnées. Par ailleurs, beaucoup de gens aiment visiter le Tiger Kingdom, mais votre appréciation de cette expérience dépendra du rapport que vous entretenez avec l’idée de voir des animaux en captivité. Mais, par-dessus tout, une visite à Chiang Mai durant Songkran constituera assurément un des meilleurs moments de vos voyages;

Une rue de Chiang Mai, pendant Songkran 2012

Une rue de Chiang Mai, pendant Songkran 2012

Hội An, Vietnam (120 000 habitant-es): réputée pour ses innombrables tailleurs, Hội An attire les chercheuses et chercheurs d’aubaines. Mais comme le démontre cet article (en anglais), tout n’est pas rose, derrière les belles devantures. Plusieurs pourraient aussi se sentir agressé-es par les incessantes invitations des tailleurs à visiter leur commerce (tant qu’à moi, Kuta, en Indonésie, et quelques villes d’Inde sont difficiles à battre de ce côté). Néanmoins, en fouillant un peu et en étant avec des gens agréables, il est possible de vivre ici des moments merveilleux, comme assister à un mariage, faire une marche le long de la rivière Thu Bồn, en début de soirée, ou suivre un cours de cuisine. Pour apprécier Hội An, il suffit d’admirer la beauté de la Vieille ville et de rester conscient-e des possibles conséquences d’une consommation effrénée;

Hội An

Hội An

Luang Prabang, Laos (50 000 habitant-es): une des plus belles villes que j’ai visitées de ma vie. Avec des temples bouddhistes à tous les deux pas (ou presque), une montagne urbaine offrant de magnifiques vues sur la ville, le fleuve Mékong et la rivière Nam Khan, un ancien Palais royal intéressant, des superbes édifices à l’architecture coloniale, un marché de nuit très sympathique, de nombreux restaurants et cafés accueillants, une ambiance légère, onirique, Luang Prabang a tout pour plaire. On peut même y jouer aux quilles après la fermeture des bars. La location d’un vélo ou d’une moto permet d’en explorer pleinement les différents secteurs. Et une visite aux magnifiques chutes de Kuang Si vaut vraiment le détour;

Haw Pha Bang, sur le site de l'ancien Palais royal

Haw Pha Bang, sur le site de l’ancien Palais royal

Malacca, Malaisie (503 127 habitant-es, 2010): les nombreux styles architecturaux des édifices de Malacca témoignent de la variété de ses influences (portugaises, néerlandaises, britanniques, chinoises, indiennes). Autrefois le port le plus important du pays, Malacca occupe aujourd’hui une place plus modeste dans l’économie du pays. Son riche passé et plusieurs de ses attractions, comme le Dutch Square, les anciennes fortifications portugaises, le quartier chinois et l’étrange tour avec la « soucoupe volante » attirent les voyageuses et voyageurs. Et la proximité des différents centres d’intérêt permet une découverte rapide de la ville. Très facile d’accès depuis Kuala Lumpur, Malacca a été inscrite sur le patrimoine mondial de l’UNESCO le 7 juillet 2008, tout comme George Town, sur l’île de Penang;

Le Red Square, Malacca

Le Red Square, Malacca

Singapour, Singapour (5 312 400 habitant-es, 2012): Singapour constitue l’une des vraies villes internationales de la planète, elle pige dans diverses cultures pour se forger une identité propre. Le caractère unique de la cité-État se reflète notamment dans son quartier chinois bien vivant, ses lieux de culte de plusieurs confessions religieuses, ses restaurants aux cuisines de partout dans le monde, ses résident-es de toutes origines et son contraste saisissant entre les édifices à l’architecture coloniale et les gigantesques gratte-ciel. En outre, la ville brille comme un sou neuf, grâce à de strictes lois sur la propreté des lieux publics. Par contre, le coût de la vie élevé peut rebuter les voyageuses et voyageurs moins fortuné-es. Mais un séjour à Singapour, si bref soit-il, se révélera à coup sûr une expérience fort divertissante;

Le Merlion, à Singapour

Le Merlion, à Singapour

Ubud, Indonésie (8000 habitant-es): je dois avouer que j’avais un préjugé défavorable envers Ubud. Avant d’y mettre les pieds, j’imaginais déjà les rues de la ville balinaise envahies par les hordes de touristes en quête de « spiritualité » (peut-être inspirés par Eat, Pray, Love). Mais dès mon arrivée, j’ai été conquis. J’y ai senti un côté spirituel sincère, non seulement en raison des nombreux temples, mais aussi grâce à la piété de ses habitant-es. Les rues, ruelles et trottoirs couverts d’offrandes montrent bien l’importance accordée à la dimension spirituelle par les Ubudois-es. Et l’omniprésence des sonorités envoûtantes du gamelan ajoute un cachet ensorcelant à l’atmosphère. Autres attraits: les rizières environnantes (à découvrir en vélo ou à moto), les spectacles de danses traditionnelles et l’irrésistible Forêt des singes;

Parc au centre d'Ubud

Parc au centre d’Ubud

Il existe évidemment bien d’autres villes charmantes en Asie du Sud-Est, mais ces sept sont parmi celles qui m’ont le plus impressionné. Et vous, quelles villes d’Asie du Sud-Est trouvez-vous charmantes?

5 Comments

Add a Comment
  1. Elles ont effectivement l’air bien sympathiques…

  2. Merci! J’y retournerais demain matin…

  3. Ah c’est sur, vous n’avez pas choisi les plus moches, pour les avoir déjà visité, elles sont toutes magnifiques avec chacune un petit truc en plus! petite préférence pour Ubud ;)

    Julia

    1. Merci pour ton commentaire, Julia! C’est vrai que c’est souvent un petit quelque chose qu’on ne peut identifier qui donne le charme à un lieu. Moi aussi j’ai vraiment aimé Ubud, je m’ennuie des rythmes captivants du gamelan et des singes qui se promènent dans la forêt et dans les rues environnantes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

La page à Pageau © 2015 Frontier Theme